La mobilité électrique

Le marché mondial des véhicules électriques valait 118,86 milliards de dollars en 2017 et devrait connaître un taux de croissance annuel de plus de 22% au cours des six prochaines années.

D’ici 2025, l’Europe devrait vendre environ 6,3 millions de véhicules électriques.

Source : Statista Research Department, février 2020

Un marché en forte croissance

Selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), en 2020, près de 3 millions de voitures électriques légères – en incluant les modèles 100 % électriques à batterie et les modèles hybrides rechargeables – ont été vendues dans le monde (4,6% du total de voitures vendues).

Les nouvelles immatriculations de véhicules électriques ont augmenté de 41 % au niveau mondial en 2020 et pour la première fois, l’Europe a dépassé la Chine comme premier marché des véhicules électriques.

Des perspectives en plein boom

Les perspectives d’ici 2030 du marché des véhicules électriques sont « radieuses » selon l’AIE : les ventes de ces modèles ont augmenté de près de 140 % au 1er trimestre 2021 par rapport au 1er trimestre 2020.

À plus long terme, l’AIE envisage dans son scénario Stated Policies (basé sur les politiques existantes) que le nombre des différents véhicules électriques en circulation hors deux et trois-roues (voitures, bus, camions) pourrait s’élever à 145 millions en 2030, soit près de 7 % du parc de véhicules routiers envisagé à cet horizon. En incluant également les deux-roues et trois-roues électriques, l’AIE estime qu’à l’horizon 2030, la mobilité électrique pourrait, au niveau mondial, consommer annuellement entre 525 TWh (scénario Stated Policies) et 860 TWh (scénario Sustainable Development), contre près de 80 TWh en 2020 (principalement pour les deux-roues et trois-roues électriques en Chine).

Une tendance renforcée en France par le déploiement des Zones à faibles émissions avant le 31 décembre 2024 qui vient d’être acté par le législateur, dans le cadre de la loi Climat et résilience. Cette décision concerne toutes les agglomérations de plus de 150 000 habitants. Elle touche déjà 5,5 millions de véhicules ; 10,5 millions de véhicules de plus seront concernés en 2022 et encore 12,5 millions de plus au 1er janvier 2024. A terme, ce sont les 2/3 des voitures françaises qui ne pourront plus circuler dans nos métropoles.

Contexte

La croissance soutenue du marché s’insère dans un contexte législatif favorable.

Industrialisation de l'ère automobile

  • 1908

Industrialisation de la Ford T par Henry Ford (Ford Motor Company) qui signe le début de l'ère industrielle de la production automobile.

1908
2016

Dispositif Crit'Air

  • 2016

Mise en place du dispositif national Crit'Air et d'une Zone à Faibles Emissions (ZFE) par la ville de Paris, où la circulation des véhicules les plus polluants est limitée.

Loi LOM

  • 2019

Loi d'Orientation des Mobilités (LOM) pour accélérer le développement de nouvelles solutions de mobilité.

2019
2020

Loi sur le rétroFit

  • 2020

Arrêté du 13 mars 2020 relatif aux conditions de transformation des véhicules à motorisation thermique en motorisation électrique à batterie ou à pile à combustible.

Électrification du parc automobile

  • 2022

Objectif de plus d'un million de véhicules électriques en France.

[Annonce d'E. Macron, 2019]

2022
2024

Zones faibles émissions (ZFE)

  • 2024

Les zones faibles émissions (ZEF) devront être déployées pour le 31 décembre 2024 en France.

Réduction des émissions de CO2

  • 2028

Réduction de 29% des émissions de CO2 dans le secteur des transports sur la période 2015-2028.

[COP21, 2015]

2028
2040

Fin de l'ère automobile thermique

  • 2040

Fin annoncée de la voiture thermique.

[Amendement No CD3032, 2019]